Une nouvelle Arche de Noë

L’éthique. Ce mot ancien qui soulève en soi des réminiscences scolaires. Aristote, Spinoza… L’éthique, la morale, la science des vertus, tout un monde oublié, mais comme on oublie les fondations d’une maison. … « on ne les voit pas, mais elles demeurent, fondement incontournable, un peu comme Dieu. Revenir à l’éthique, s’y accrocher comme à un radeau dans la tempête comme le dirait la philosophie.

arche de noé

Certes, il faut parler de la Sagesse, fondement des vertus, retrouver les sources essentielles. Les faire jaillir. Mais aujourd’hui, on ne peut plus imposer. Il faut intéresser et faire naître une espérance. Montrer la vertu comme un beau paysage ; un sommet neigeux, un lever de soleil ou un coucher. Juste pour éveiller les Esprits à cette Sagesse sans laquelle il n’y a pas de bonheur, ni même d’existence.

Voici un blog à travers la présentation d’une sagesse oubliée, exposer les problèmes passionnants de ce troisième millénaire qui n’est sombre que pour ceux qui démissionnent d’avance.

Nous sommes saturés d’information, comme jamais nous ne l’avons été. Cette surinformation finit par déstabiliser le mental. Ce qui manque, c’est le jugement, le discernement, la capacité à dire ce qui est bon et ce qui l’est moins. L’art de se conduire, après une synthèse objective… pour cela, il faut acquérir Une Sagesse.

Ce qui est le plus en péril de nos jours, ce sont les attaches qui autrefois reliaient l’Esprit à la chose, comme l’homme à la nature, le fils à la mère, le citoyen à sa patrie, les exercices de l’esprit à l’existence ordonnée, grise et splendide : le pays, la terre, la religion dans le temps, l’incarnation, sous toutes ces espèces et ses formes.

Et les vertus. Non pas la vertu, terme vague et souvent hypocrite, mais tous ces efforts où le beau, le bien, le vrai s’incarnent dans une vie humaine en créant de l’harmonie entre les êtres et les choses. Nous n’avons plus de paix, mais des excès qui se succèdent et se compensent. Le respect, la pudeur, la mesure, la simplicité, ont disparu.

L’Humanité est à la veille d’une transformation majeure. Une mutation pour les optimistes. Les pessimistes quant à eux, pensent qu’elle court à la catastrophe, à une autodestruction générale, à un suicide collectif.  La vie humaine n’est pas acquise d’avance, car le progrès moral et spirituel n’a pas suivi le progrès technologique, matériel et intellectuel.  Où sont les mères, les pères et les maîtres… On assiste à une accélération exponentielle du savoir, dans tous les domaines. Tout a changé, on est passé de la civilisation de l’écrit (expression fondamentale de la pensée) à celle de l’image, l’automatisation remplace de plus en plus la main humaine … c’est bien, cependant face à cela, la race humaine ne connaît presque aucun progrès d’ordre moral.

Les Sages suggèrent d’arrêter le progrès, de faire une pause, pour permettre à la conscience morale de rattraper son retard. S’arrêter ? Impossible… quelque chose, ou quelqu’un nous force en coulisse à avancer, nous naviguons sur un torrent ! seule une petite minorité d’êtres ont su garder et développer les vraies valeurs.

L’essentiel est mis en question. Non seulement notre modèle physique de l’univers, sa vision mécanique et matérialiste, remise en cause par la théorie quantique, mais aussi l’amour, la famille, la procréation, la vie, l’éducation, la culture, le sens de da la vie, la définition de la nature humaine  et naturellement Dieu, cause première et dernière. Le monde n’est pas régi par le hasard, alors pourquoi le Créateur qui a autorisé le progrès matériel, ne l’a pas accompagné du progrès moral ?

Le but de la Vie ne serait-il donc pas : le bien, le beau, le vrai…. Qui se résume en un seul mot : l’Amour ! Evidemment, mais les problèmes auxquels l’homme est confronté sont immenses. Beaucoup se demandent où commencent et où finissent les frontières qui bornent notre réalité, l’humanité n’a plus que deux voies devant elle, ou périr ou s’élever, se transformer et redécouvrir l’Amour, source de toute espérance.

Dans la vie, face aux pulsions, nous sommes en permanence confrontés à des choix où l’on fait appel à la prudence, à la raison. Selon que le choix est bon ou mauvais, on récoltera le rire ou les pleurs. Etre sage, c’est savoir choisir entre le bien et le mal, ou tout au moins entre le moindre mal et le plus grand mal. Le discernement n’est pas toujours donné, il s’acquiert. Aujourd’hui, le mot « morale » revêt une consonance négative parce qu’il implique une contrainte qui semble aller à l’opposé du rêve de liberté. La jeunesse avait des repères qui lui permettaient de s’équilibrer, même si une jeunesse qui réfléchit a toujours été plus ou moins angoissée, et aujourd’hui, sauf exception, elle n’en a plus guère !

La morale apprend à l’enfant que sa liberté s’arrête là où commence celle des autres. Autrement, il n’y aurait pas de vie sociale possible. Ce serait la loi de la jungle, où le plus fort dévore le plus faible. Lorsque la morale, les règles du jeune sont refusées par une forte minorité de récoltés, la loi de la jungle s’impose. La société n’est bientôt plus viable, elle va vers son autodestruction. Mais faire de la morale aux jeunes ne servira à rien si ce n’est sous-tendu par l’exemple des aînés et par leur amour désintéressé et discret. L’amour, c’est la clé pour en sortir, et pour muter.

sur le blog de Francesca

Voici une citation de Krishnamurti, The Collected Works vol XIV, p 302

En fait, vous n’avez pas d’amour. Vous avez le plaisir, vous avez la sensation, vous avez des attaches sexuelles, comme la famille, l’épouse, le mari, l’attachement à une nation. Mais l’attachement n’est pas l’amour. Et l’amour n’est ni divin, ni profane : il n’a pas de compartiments.

Aimer signifie prendre soin : prendre soin de l’arbre, de votre voisin, de l’enfant – veiller à ce qu’il reçoive une vraie éducation, pas simplement le mettre dans une école et disparaître ; une véritable éducation, pas seulement technologique ; veiller à ce que les enfants aient de bons professeurs, une bonne nourriture, qu’ils comprennent la vie, qu’ils comprennent le sexe. Enseigner aux enfants uniquement la géographie, les mathématiques, ou une matière technique qui leur assure un emploi, ce n’est pas l’amour.

Et, sans amour, vous n’êtes pas moral. Vous pouvez être respectable, c’est-à-dire vous conformer à la société, ne pas voler, ne pas courir après la femme de votre voisin, ne pas faire ceci ou cela. Mais ce n’est pas la moralité, ce n’est pas la vertu, ce n’est que conformité respectable. La respectabilité est la chose la plus horrible et dégoûtante de la terre, parce qu’elle masque tant de laideurs.

Alors que, quand l’amour est là, la moralité est là. Faites ce que vous voudrez, ce sera moral, si l’amour est là.

C’est André Comte-Sponville qui exprime cette nécessité vitale de donner et de recevoir l’amour : « Nous n’avons besoin de morale que faite d’amour, et c’est pourquoi, de morale nous avons tellement besoin ! Mais nous n’n sommes pas capables et nous ne ressentons ce besoin que par le peu d’amour, fût-ce de nous-même, qui nous a été donné, que nous avons su garder, rêver, ou retrouver »….

Plus que jamais on aurait besoin non de savoir, mais d’exemples et d’idées lumineuses et simples, illustrant des principes directeurs. Il s’agit d’étudier dans l’expérience que nous offre l’humanité quelques points concerts. Les étudier avec acharnement et espérance. Saint Paul était conscient de la difficulté de l’entreprise, lui qui écrivait humblement : « Je sais que le bien n’habite pas en moi, je veux dire dans l’être de chair que je suis. En effet, ce qui est à ma portée, c’est d’avoir envie de faire le bien, mais pas de l’accomplir. Je ne réalise pas le bien que je voudrais, mais je fais le mal que je ne voudrais pas » (Rom. 7, 18, 19)

Ce changement profond de soi, c’est cette lutte de tous les jours, avec des hauts et des bas. Chaque jour, la vie recommence, pour un nouveau départ dans la certitude que le changement du monde commence par le changement de Soi.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source   :   https://prendresoindenosenfantsquantiques.wordpress.com/

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :