Révéler à nos enfants leur Essence Divine

 

 Pour la plupart des adultes, les plus grandes déceptions de la vie, comme le sentiment de solitude ressenti à travers les actions et les pensées, proviennent du sentiment de séparation d’avec Dieu. Pour nos jeunes, les souffrances, les angoisses et la solitude surviennent, même s’ils souhaitent désespérément être reliés à Dieu. Ils ressentent de la discordance des forces antinomiques qui mènent à la dispersion et à la séparation. Les enfants indigo ressentent cette antinomie. Ils ont tôt fait de comprendre que leur entourage ne saisirait pas la pleine signification de Qui ils sont, la pleine expression de leur origine divine.

Picture 001

Ce lien d’origine, ce Je suis est ce moment où l’ego disparaît, où le Moi profond retrouve son unicité, sa vraie dimension.

Tout jeune, l’enfant indigo a intuitivement compris que s’il fallait survivre et fonctionner dans ce monde, il valait mieux cacher son Essence divine. Ainsi, pour la majeure partie de sa vie, l’enfant indigo vit en débranchement de sa profonde identité, de son véritable Moi. Cette souffrance les conduit vers l’aigreur, la morosité et même jusqu’au désappointement, en plus de se sentir inconfortables dans un corps en croissance.

Dans leur angoisse, ils posent des gestes inconséquents et dommageables pour eux et les leurs (crises de colère, d’hystérie, etc.). C’est pourquoi leur comportement de décrocheurs nous étonnent. Nous qui étions beaucoup plus enthousiastes à leur âge. Mais là où ils nous désarment, c’est lorsqu’ils nous lancent : « Je ne suis pas bien ici » ; « Je ne suis pas heureux avec vous » ; « Je veux retourner d’où je viens » ; « Je préfère mourir. »

Les auteurs Dosick et Kaufman identifient sept reniements ou sept entraves (Seven disclaimers) qui sont autant d’accommodements à ce mal-être : « Tu as appris à faire face à la situation. Tes ressources intérieures profondes et les dons de l’univers t’ont procuré les moyens de développer les stratégies et les mécanismes qui te permettent de faire ton chemin dans la vie. Sans en être pleinement conscient, tu as trouvé le moyen de vivre. Afin d’y arriver et d’évoluer au plan de l’âme, tu as mis en veilleuse ta vraie nature.

Tu as occulté la véritable essence de ton être. Tu as assombri ta lumière et amoindri ta grandeur. Sur le plan spirituel, tu as renoncé à ton vrai moi de sept manières. Ces sept voies d’évitement sont tes moyens de dénier ou de désavouer Qui Tu Es Vraiment. En utilisant ces sept entraves, tu t’es rendu capable de fonctionner comme « un étranger dans un monde étrange. » Chacun de ces sept blocages se manifeste au niveau des sept chakras et occasionne une atténuation de la pleine circulation du flot de lumière et de l’amour, d’où le sentiment de séparation d’avec Dieu.

Les sept entraves :

CONFUSION : Ne pas savoir clairement Qui tu es. 

SÉPARATION : Distanciation d’avec Dieu, désemparement et souffrance

TRANSPARENCE : Sentiment d’être invisible, caché.

RESPONSABILITÉ : L’amour divin se transforme en sentiment de responsabilité pour le bien-être du monde, lorsqu’il est entravé dans sa libre expression.

INSENSIBILITÉ : Être « mort » intérieurement.

 IMPUISSANCE : Pas en mesure de faire la différence, pouvoir créateur en veilleuse.

JUGEMENT : Sentiment d’une défaite, se sent jugé par lui-même et par le monde.

Dès lors, on constate que ces enfants vivent des carences spirituelles qui amoindrissent leur être. On verra plus loin comment ces blessures spirituelles peuvent être guéries. Entendons-nous bien, il ne s’agit pas ici de maladies psychologiques, encore moins de troubles physiques. Ces enfants sont normaux. Ils vivent toutefois des blessures spirituelles, comme d’autres peuvent vivre des blessures de l’ego ou des peines d’amour.

divin 1

D’où viennent ces enfants ?

 De leurs parents bien sûr ! Voilà pour leur enveloppe physique, mais leur âme ? Pour les agnostiques, la question ne se pose pas. Pour eux, la vie n’a pas de suite, comme elle n’a pas de passé. Mais pour la vaste majorité des humains, qu’ils soient chrétiens bouddhistes, musulmans, etc., la vie a une origine et une continuité. Pour nous chrétiens, l’assurance du message évangélique confirme notre espoir dans l’Au-delà. Depuis deux mille ans, nous sommes confortés par ces affirmations du Christ qui nous invite au « Royaume des deux ». Cette invitation est même insistante, puisque à 32 reprises, dans les quatre Évangiles, il est question du Royaume : « Mon royaume n’est pas de ce monde… » « Je m’en vais vous préparer une place… » « Il y a plusieurs maisons dans la maison de mon Père ». Etc…

Curieusement, dans les Évangiles, il n’y a pas d’affirmation concernant notre antériorité. Certains expliquent ce silence du fait qu’à l’époque, la croyance en des vies antérieures était fort répandue et acquise par les gens à qui Jésus s’adressait. De sorte que les évangélistes, intéressés à faire ressortir la royauté du Christ, étaient plus enclins à rapporter ses propos concernant son royaume.

Aujourd’hui, les expériences de « retour dans des vies antérieures » ne manquent pas. Une abondante littérature fait état de ces visions vécues par des gens de tous âges et de milieux divers. Il ne faut toutefois pas confondre ces multiples réincarnations avec le caractère éternel de notre âme. Étant d’origine divine, nous avons toujours existé. Et c’est par choix que nos âmes ont opté pour l’incarnation dans la matérialité afin de participer à la cocréation de notre être et contribuer ainsi à l’Oeuvre divine.

Comme c’est par choix que des âmes décident actuellement de s’incarner afin de vivre le moment privilégié de l’histoire humaine que nous traversons présentement. Ces âmes viennent pour nous éveiller et nous inciter à faire les difficiles choix de notre évolution vers une spiritualité qui conduira notre humanité vers des dimensions supérieures.

Suivant les propos recueillis de plusieurs clairvoyants ou médiums, tels que Edgar Cayce, Lee Carroll et tant d’autres, ces vieilles âmes, récemment incarnées, se caractérisent par un halo indigo (bleu-violet). Leur corps physique est illuminé par leur corps énergétique ou éthérique. Nancy Ann Trappe est l’auteure d’un livre publié en 1982, intitulé « Understanding your life through color ». Dans son livre, « Les enfants indigo », Lee Carroll relate les propos tenus par Nancy lors d’une entrevue où il lui demandait :

 « Qu’est-ce qu’un enfant indigo et pourquoi cette appellation ? »

révélation1

« Je l’appelle ainsi tout simplement parce que c’est la couleur que je vois ». C’est la couleur vitale. C’est ce que j’appelle la couleur de la vie. C’est celle que je vois autour des gens. J’observe cette couleur de vie ou couleur vitale, pour connaître la mission des gens sur terre, ce qu’ils ont à comprendre, leur plan de vie. Je sentais, et ce, jusque dans les années 80, que deux nouvelles couleurs allaient apparaître, parce que le fuchsia avait disparu et que le magenta était devenu rare. Je croyais donc que ces deux couleurs allaient être remplacées. Quelle ne fut pas ma surprise de rencontrer une personne fuchsia à Palm Springs puisque, m’avait-on dit, cette couleur n’existait plus depuis le début du siècle. Je racontais à tout le monde que deux nouvelles couleurs vitales allaient faire leur apparition, mais je n’avais aucune idée de ce qu’elles seraient. C’est en les cherchant que j’ai découvert l’indigo.

De plus en plus de personnes ont développé cette faculté extra sensorielle. Elles perçoivent le corps énergétique des êtres vivants : humains, animaux et végétaux. Voici un cas inusité vécu il y a trois ans par l’auteur de ces lignes : « Je participais alors à un Salon du livre, en Abitibi, plus précisément dans l’aréna de la belle petite ville de La Sarre.

Alors que j’étais derrière le comptoir de mon éditeur, affairé à autographier des exemplaires de mon premier livre, une dame âgée, au visage rayonnant, s’approche et me glisse à l’oreille, presque sur un ton de révérence empreint d’une certaine admiration : « J’ai lu votre livre et je l’ai bien aimé… même que je l’ai lu deux fois ! » Sur ces propos gentils et toujours savoureux à l’oreille d’un auteur, j’entreprends une conversation pour apprendre qu’elle n’est pas de La Sarre, où elle est en visite chez sa fille, mais de la banlieue de Montréal.

Révélation

Puis, rassurée sans doute par cette complicité auteur-lecteur, son regard s’illumine, sa voix s’amenuise, elle se rapproche davantage, comme s’il ne fallait pas que d’autres entendent : « Vous savez, je vois les auras depuis 1984 ». J’ai retenu ce détail, car elle m’avait précédemment avoué avoir 84 ans. Elle a donc développé ce don une vingtaine d’années plus tôt. Mais pour m’en assurer, je lui demande si elle voit l’aura des animaux et des plantes. Elle acquiesce avec vivacité et s’apprête à me présenter son chien et son chat.

À ce moment, nous sommes envahis par une horde de jeunes adolescents que les autobus scolaires sont venus déverser à l’exposition du livre. Je demande alors à la dame si elle voit l’aura des enfants. « Oui, me répond-elle, avec hésitation, mais c’est curieux, il y en a qui ne sont pas pareils ! » Intrigué, je veux en savoir plus et je force la confidence. «

Certains enfants ont une aura plutôt bleutée, me dit-elle, et il y en a de plus en plus, ces dernières années ». Serait-ce la couleur indigo ? lui demandai-je. Elle m’avoue son ignorance de cette couleur, mais lorsque je lui explique ce nouveau phénomène, elle me témoigne avec chaleur son appréciation pour avoir démystifié ce qui l’intrigue de plus en plus depuis quelques années.

Extrait du livre de Roland Trudel – Ces nouveaux enfants qui nous dépassent.

 Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca https ://prendresoindenosenfantsquantiques.wordpress.com/

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :