Les Emotions chez les Enfants

 

 

Grâce à l’échographie, nous avons découvert que les bébés, avant leur naissance, souriaient et montraient des expressions qui faisant penser qu’ils pleuraient. Cela nous montre que déjà, dans l’environnement placide et silencieux de l’utérus, que l’être humain « s’active » et se forme à cette langue instinctive et essentielle qui assurera sa survie. Le sourire contribuera à démontrer le bien-être et la satisfaction. Les pleurs serviront de « système d’alarme ». A travers lui s’exprimeront leurs besoins les plus élémentaires.

Chez le jeune enfant

Quelles que soient les émotions ressenties par votre enfant (colère, peur, joie…), elles entraînent parfois chez lui des comportements dérangeants. Votre enfant est tellement content qu’il s’excite, crie, saute et court partout; ou tellement en colère qu’il tape, mord et hurle à percer les tympans. C’est qu’il n’a pas encore appris à maîtriser ses émotions et à les extérioriser de manière acceptable.

Chez le jeune enfant, l’expression des émotions passe beaucoup par le non-verbal. Mais à mesure qu’il développe son langage et qu’il peut parler de ce qu’il ressent, il contient mieux ses émotions. En attendant, quand votre enfant manifeste ses émotions de façon excessive, vous pouvez tenter de le diriger vers un comportement moins dérangeant : l’inviter à rugir comme un lion au lieu de crier ou à serrer les poings plutôt que de lancer des objets, par exemple.

Les émotions assurent la survie de notre espèce. Elles permettent de nous adapter aux événements de la vie, de prendre des décisions et de mémoriser les événements qui correspondent à notre état émotionnel.

enfant bobo

Manifestation des émotions

Tel un signal, les émotions se déclenchent puis descendent lorsque l’événement est passé, Lorsque les émotions s’ancrent en nous sous forme de tensions physiques, elles deviennent néfastes. Ces tensions musculaires chroniques forment alors une cuirasse qui nous protège des expériences émotionnelles menaçantes ou dangereuses ainsi que d’une tendance à contrôler ses émotions en contenant la respiration et en réduisant l’expiration. Cela diminue les activités métaboliques et donc l’angoisse.

Retenir sa respiration permet de réduire l’expression émotionnelle mais aussi notre vitalité et sa fonction. Cela induit la crispation puis une tension musculaire. Rétablir une respiration libre et non entravée permet de libérer les tensions musculaires qui retiennent nos émotions non exprimées.

« Une émotion ne provoque pas de douleur. La résistance ou la suppression d’une émotion est ce qui cause réellement la douleur et la souffrance. » -Frederick Dodson-

Conclusion

Les émotions nous confèrent l’humanité, et bien que nous commettons souvent l’erreur de les classer en émotions négatives et positives, toutes sont nécessaires et précieuses. En fin de compte, elles assurent une fonction adaptative et rien ne peut être aussi important que le fait de les comprendre pour les utiliser de façon « intelligente » à notre profit.

Elles guident nos décisions, nos choix. C’est donc quelque chose de très important qui est malheureusement trop souvent mis de côté. Nous sommes tellement habitués à vivre avec que l’on n’y prête plus attention.

ARTICLE : Extrait du site source : mmindbodylife |Reprise par Francesca du Forum LA VIE DEVANT SOI : http://devantsoi.forumgratuit.org/ 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :