Les Naissances Lotus

 

C’est ce qu’on appelle la naissance Lotus. Cela consiste à ne pas couper le cordon ombilical et à laisser le placenta relié à l’enfant jusqu’à ce qu’il se détache naturellement, quelque chose qui arrive, en moyenne, trois ou quatre jours après l’accouchement.

Aujourd’hui, cette pratique est courante, surtout en Australie, aux États-Unis et au Canada. Normalement, c’est le couronnement d’un accouchement à domicile, mais cela est également permis dans les hôpitaux où sont pratiqués les accouchements naturels. Son nom vient de l’infirmière californienne Clair Lotus Day, qui, en 1974, a décidé que son fils naîtrait de cette façon. Sa motivation était de nature spirituelle, mais cette technique a également prouvé être bénéfique pour la santé.

Cette pratique est également définie comme «accouchement intégral»: l’enfant naît, puis son placenta « naît », et les deux restent reliés. La raison de cette union est que l’organe qui nourrit et protège le fœtus dès les premières semaines de la conception est formé par les mêmes cellules que l’enfant, a le même ADN et, donc, on le considère comme faisant partie de celui-ci.

1 francesca lotusÀ la naissance, le placenta continue de réaliser sa fonction à travers le cordon ombilical, pompant du sang chez le nouveau-né (jusqu’à 60 cc), dans une sorte de transfusion « naturelle » qui, selon certains, favorise l’adaptation à la vie extra-utérine. Cependant, à l’hôpital, le cordon est souvent coupé immédiatement avoir l’avoir pincé: on bloque le cordon quelques secondes, avec une petite pince en plastique.

L’Organisation Mondiale de la Santé, et son guide Care in Normal Birth (soins lors de l’accouchement par voie basses), publié en 1996, conseille le « pincement tardif», qui consiste à couper le cordon ombilical après trois ou quatre minutes, c’est-à-dire lorsqu’il arrête de battre. Selon des preuves scientifiques, cette technique réduit le risque d’hypoxie (manque d’oxygène dans le cerveau du nouveau-né), ainsi que l’hypoglycémie et l’anémie. Par ailleurs, elle permet de réguler avec précision le pH du sang néonatal (l’équilibre acide-base déterminé par l’oxygénation).

Cependant, la naissance Lotus va plus loin: on ne coupe pas le cordon et le placenta, une fois expulsé, reste relié au bébé.

Le placenta est défini comme « l’arbre de la vie», pour ses ramifications vasculaires, mais est un organe qui nourrit également la spiritualité de l’enfant. Par la spiritualité, on entend l’intégrité absolue de l’individu en harmonie avec la nature. Et, en ce qui concerne l’évènement de la naissance, la pratique Lotus respecte entièrement sa naturalité.

La naissance Lotus ne doit pas être considérée comme une méthode ou une technique à finalité pratique et, encore moins, comme la mode actuelle. Choisir ce type d’accouchement implique une vision particulière de la grossesse, de l’accouchement, du post-partum et de la vie en général. Entre autres choses, le traitement et les soins d’un nouveau-né relié au placenta peuvent nécessiter un certain effort et beaucoup de conviction. Il est vrai qu’aucun médicament n’est nécessaire (s’il n’est pas coupé, le placenta et le cordon ombilical restent un système fermé, résistant aux infections). Cependant, le nouveau-né reste pendant plusieurs jours relié à un rajout, donc s’occuper de lui est un peu plus compliqué (bien que les mamans soient surprises, car c’est souvent plus facile que prévu).

Le cadre idéal pour effectuer cette technique est un accouchement à la maison. Toutefois, la naissance Lotus peut également être réalisée dans certains hôpitaux européens, même si en France, il ne s’agit pas d’une pratique très courante, donc il n’est pas facile de trouver des centres hospitaliers où l’on réalise ce type d’accouchement. Dans tous les cas, la décision de ne pas couper le cordon doit être prise à l’avance: il est nécessaire de signer un document dans lequel les risques correspondants sont expliqués. D’une part, le placenta est un « déchet hospitalier », il ne devrait donc pas quitter l’hôpital. D’autre part, en Europe, il existe plusieurs décisions de justice qui déterminent que le placenta est propriété des parents, ils peuvent donc en disposer comme ils le souhaitent.

La procédure ne comporte pas de difficultés excessives, mais il est nécessaire de prendre certaines précautions pour éviter tout risque pour la mère et le bébé. Quelques heures après l’accouchement, le placenta doit être lavé avec de l’eau tiède et il faut le laisser égoutter sur une surface trouée. Ensuite, on le sèche avec un papier absorbant, saupoudré au préalable de sel, pour qu’il se sèche. Enfin, on l’enveloppe dans une serviette absorbante ou dans un tissu de jute, tissu très respirant. La zone péri-ombilicale de l’enfant doit toujours être laissée à l’air libre, découverte, afin de faciliter au maximum le processus de momification du cordon ombilical. Ainsi, il se détachera de l’enfant en quelques jours.

Enfin, il faut noter que les mamans qui souhaitent avoir une naissance Lotus doivent avoir les idées très claires et être très déterminées, vu que, en France, il n’est pas très facile d’y arriver.

Source de l’article : https://www.bebesetmamans.com

 

Un commentaire sur “Les Naissances Lotus

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :