L’éducation selon la tradition initiatique

L’initiation concerne la pédagogie du retour de l’âme vers sa patrie originelle, la stratégie d’un retournement qui se fait ici et maintenant, au cœur de notre existence. Certes, notre rôle est d’éduquer les enfants à une intégration sociale – avec tout ce que celle-ci comprend d’artificiel, de factuel et d’éphémère – focalisant sur la structuration de l’homme extérieur. Mais, attentifs à la présence de cette âme, de cet « homme intérieur » en gestation, notre mission est surtout de favoriser la croissance de ce dernier par une pédagogie initiatique stimulant l’éveil et la mémoire de qui nous sommes. Ceci dans le but de nous connaitre, ainsi que l’univers et les dieux, comme le conseille le maître Socrate.

L’enfant est comme une fraîche amande. Il se perçoit encore de l’intérieur et sait intuitivement ses origines, la source d’où s’échappe sa destinée, l’itinéraire fantastique de son âme à travers les cosmos… bref, son éternité.

Puis l’éducation vient durcir la chitine autour de l’amande qui s’occulte, et le petit homme oublie peu à peu. Cet oubli est le prix à payer pour naître à ce monde, ainsi que la profonde nostalgie d’être d’un au-delà qui, sans cesse, charrue sa terre profonde au long de sa maturation mondaine. Un jour pourtant, pour ceux qui le désirent, il faudra briser la coquille pour en goûter l’amande. Il est étrange que la plus haute connaissance dans de nombreuses traditions fasse référence au goût. Ainsi, pour se goûter, donc pour se connaître, il n’y a pas d’autre moyen que de dégager le fruit des enveloppes durcies qui le contiennent. Ce processus de désengagement regarde l’Initiation.

enfant roule

Pourquoi « l’enfant debout » ?

Je suis grand-père de quatorze petits-enfants que j’observe attentivement. Parfois ceux-ci, de bien au-delà d’eux-mêmes, font remonter à la surface d’une fulgurante mémoire quelques traces advenues des profondeurs sidérales. Je les recueille humblement parce qu’elles sont le germe d’époustouflantes cosmologies oubliées par les adultes, des stèles encore debout sur l’itinéraire que l’âme a suivi du ciel jusqu’à la terre avant que cette dernière, immortelle et vivante, ne s’enténèbre dans cette lumière coagulée devenue des « corps » .

Si j’ai donné à mon propos le titre de « L’enfant debout » c’est parce que je suis souvent ébahi de voir quel sens appauvri et tronqué l’on prête à cette notion « d’enfant bien élevé » ; l’enfant dont je parle, comme son verbe l’indique, est précisément « un enfant bien debout », ce qui dépasse de loin la définition polie attribuée au gosse devenu docile aux seuls critères de la mondanité.

Qu’est-ce que l’Initiation ?

L’initiation concerne la pédagogie du retour de l’âme vers sa patrie originelle, la stratégie d’un retournement qui se fait ici et maintenant dans notre existence, et dont les conséquences très pratiques ne sont rien d’autre que l’actualisation du maître en chacun, seul capable d’instaurer une liberté dans le chaos passionnel et le mélange trouble que nous sommes devenus si souvent, au long d’une croissance aveugle privée d’un jardinier bienveillant.

La question du « moi »

– Grand-père, j’ai deux questions à te poser mais je connais la réponse, me dit Aurèle.

– Comment tu connais la réponse ?

– Bien sûr, puisque tu dis toujours que dans la question il y a la réponse.

Bon élève, me dis-je, le garnement !

– Bien, alors pose tes questions dont tu connais les réponses.

– La première est celle-ci : Quand je dis « je c’est moi » est-ce que le je est la même personne que le moi ?

Et la deuxième question : Y a-t-il plusieurs moi dans un moi, puisque parfois je fais des choses que je ne veux pas et que d’autres fois je ne fais pas des choses que je voudrais ?

Il me pose une vanne à une altitude très élevée, puisqu’elle ne veut rien dire d’autre que de répondre à la socratique question du « qui suis-je ».

Traiter ce thème avec les mots qu’il faut pour qu’il comprenne, c’est de la haute voltige.

– Alors, la réponse ? lui dis-je avec un ton moqueur.

Il n’a pas l’air désarçonné, réfléchit un peu puis me lance :

– Je, ce n’est pas moi, sinon on dirait « moi c’est moi ». Je c’est le capitaine, et moi les soldats, et c’est pour cela que moi est plusieurs, et comme ils sont plusieurs, parmi eux certains obéissent et d’autres pas.

J’en suis interloqué. À nouveau, par une intuition fulgurante et en une formule ramassée, le petit touche en plein mille. Ce qu’il me dit, avec ses mots, c’est le discours de la psychanalyse avec le Soi et le moi, ou encore celle du soufisme avec le rabb (seigneur) et son vassal le marbûb, celle aussi du mazdéisme avec l’âme individuelle et son ange fravashi.

Quel est donc ce je, ce moi supérieur, sinon l’image archétype en chacun, cette dimension subtile à laquelle devrait sans cesse référer la troupe du petit moi.

Toute l’éducation gravite autour d’une quête d’identité pour l’enfant. Celui-ci doit trouver son vrai nom, parce que ce dernier est la part du Verbe qui lui est attribuée, son essentialité.

La difficulté est celle-ci : deux sortes d’identités sont en jeu ; l’une relative au moi et à ses sbires dont s’occupe la pédagogie officielle, l’autre relative au Soi qui est l’apanage de la pédagogie initiatique. Or, celle-ci manque au programme de la cité, en majeure partie structurée par les disciplines visant à l’intégration sociale, à la compétitivité scolaire et professionnelle, aux connaissances majoritairement analytiques. Il y a donc esquive de l’initiation, avec pour conséquence l’occultation des rites de passage, dont le but est justement de permettre à l’homme intérieur, au Soi, de se manifester sous la plus belle des formes. Le résultat que j’observe au fil de la croissance du bambin consiste le plus souvent en une exaltation exagérée de l’ego activé par la culture ambiante, ni tempérée, ni orientée par l’instance seigneuriale du Soi.

J’entends le petit qui conclut ma brève méditation sur le sujet par :

– Hein, grand-papa, on est tous des nombrils ?

Extrait de : L’enfant debout de Pierre-Yves Albrecht

 Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source   :   https://prendresoindenosenfantsquantiques.wordpress.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :