ETRE A L’ECOUTE DE NOS ENFANTS

 

Ecoutez-vous pour être confortés dans vos opinions, pour avoir confirmation de votre pensée, ou écoutez-vous dans le but de découvrir ? Voyez-vous la différence ?

Ecouter pour découvrir a un tout autre sens qu’écouter simplement pour avoir confirmation de ce que l’on pense déjà. Si vous êtes ici simplement en quête de confirmation, d’encouragement à suivre votre ligne de pensée, votre écoute n’a guère de valeur. Mais si vous écoutez pour aller à la découverte, alors votre esprit est livre, sans obligation ; il est très vif, acéré, vivant, curieux, interrogatif, donc capable de découverte. Il est donc capital d’examiner pourquoi vous écoutez, et ce que vous écoutez, ne croyez-vous pas ?

Vous est-il déjà arrivé de rester assis en silence, sans fixer votre attention sur quoi que ce soit, sans faire d’effort pour vous concentrer, mais en ayant l’esprit très calme, vraiment silencieux ? Alors rien ne vous échappe, vous entendez des bruits lointains comme les plus rapprochés, et ceux qui sont tout près, les sons les plus immédiats – ce qui signifie en fait que vous écoutez tout. Votre esprit n’est pas confiné à un petit canal étroit. Si vous êtes capables d’écouter de la sorte, avec facilité, sans effort, vous vous apercevrez qu’un changement extraordinaire s’opère en vous, un changement qui survient sans volonté délibérée, sans avoir rien demandé, et dans ce changement il y a une immense beauté, une grande profondeur de vision.

enfant2

Faites-en l’expérience à l’occasion, maintenant par exemple. Tandis que vous écoutez, écoutez autour, soyez attentifs à tout ce qui vous entoure ; Ecoutez tinter toutes ces cloques, celles des vaches et celles des temples, écoutez le bruit du train au loin et les voitures sur la route ; et si vous vous vous rapprochez encore et écoutez aussi, vous découvrirez une qualité d’écoute beaucoup plus profonde.  Mais pour ce faire, votre esprit doit être très calme et silencieux. Si vous avez vraiment envie d’écouter, votre esprit fait spontanément silence, n’est-ce pas ? Vous n’êtes pas distraits par ce qui se passe à côté de vous, votre esprit est silencieux parce que vous écoutez toute chose intensément. Si vous êtes à même d’écouter de cette manière-là, sans effort, avec une certaine félicité, vous vous apercevrez qu’une transformation stupéfiante s’opère dans votre cœur, dans votre esprit, une transformation à laquelle vous ne vous attendiez pas, et que vous n’avez suscitée en aucune manière.

La pensée est chose très étrange, savez-vous ce quelle est ? Pour la plupart des gens, la pensée, ou l’acte de penser est une élaboration de l’esprit, et ils se battent à propos de leurs pensées. Mais si vous êtes capables d’écouter vraiment tout – le clapotis de l’eau au bord d’une rivière, le chant des oiseaux, les pleurs d’un enfant, les remontrances de votre mère, les taquineries d’un ami, les récriminations de votre femme ou de votre mari – vous découvrirez alors que vous passez au-delà de la simple expression verbale, au-delà des mots qui déchirent tant notre être.

Et il est très important d’aller au-delà de la simple expression verbale, car que cherchons-nous en définitive ? Que nous soyons jeune sou vieux, inexpérimentés ou avancés en âge, nous voulons tous être heureux, n’est-il pas vrai ? En tant qu’élèves, nous voulons être heureux à travers le sport, l’étude et toutes les petites activités qui nous sont chères. En prenant de l’âge, nous cherchons le bonheur dans la possession de biens, d’argent, d’une belle maison, d’un mari ou d’une femme compréhensifs, d’un bon travail. Lorsque tout cela ne vous satisfait plus, nous optons pour autre chose. Nous disons « Je dois me détacher, et je serai heureux…. Nous commençons donc à pratiquer le détachement. Nous quittons notre famille, nous renonçons  nos biens et nous nous retirons du monde. Ou nous rejoignons une organisation religieuse, pensant être heureux en nous rassemblant, en parlant de fraternité, en suivant un gourou, un Maître, un idéal, en croyant à ce qui n’est essentiellement qu’une illusion, une chimère, une superstition.

Lorsque vous vous coiffez, que vous enfilez des vêtements propres, et que vous soignez votre apparence, tout cela participe de votre désir d’être heureux. Quand vous réussissez vos examens et que vous ajoutez quelques titres universitaires à la suite de votre nom, quand vous décrochez un emploi, que vous achetez une maison ou d’autres biens, quand vous vous mariez, que vous avez des enfants, quand vous rejoignez une organisation religieuse dont les chefs disent recevoir des messages émanant de Maîtres invisibles – derrière tout cela se cache ce formidable besoin, cette irrésistible envie de trouver le bonheur.

Mais en fait, le bonheur ne vient pas si facilement, car il n’est rien de tout cela. Vous pouvez certes éprouver du plaisir, trouver une nouvelle forme de satisfaction, mais tôt ou tard on s’en lasse, car il n’existe pas de bonheur durable dans les choses que nous connaissons. Les larmes font suite au baiser, le rire fait place à la souffrance et à la désolation. Tout fane, tout se délite. Vous devez donc tant que vous êtes jeunes, commencer à découvrir ce qu’est cette chose étrange qu’on appelle dl e bonheur. C’est un des aspects essentiels de l’éducation.

Le bonheur ne vient pas lorsqu’on le cherche – là est le plus grand secret – mais c’est facile à dire… Lorsque vous ne faites pas d’efforts pour être heureux, alors mystérieusement, sans qu’on s’y attende, le bonheur est là, né de la pureté, de la beauté qu’il y a dans le simple fait d’être. Mais cela exige énormément de compréhension – c’est autre chose que de faire partie d’une organisation ou de vouloir devenir quelqu’un. La vérité naît lorsque votre esprit et votre cœur sont exempts de toute sensation d’effort et que vous n’essayez lus de devenir quelqu’un ; la vérité est là lorsque l’esprit est très silencieux, qu’il écoute à l’infini tout ce qui se passe. Vous pouvez écouter les mots prononcés ici, mais pour que le bonheur soit, vous devez découvrir comment libérer l’esprit de toute peur. Tant que vous avez peur de vos parents, de l’échec aux examens, peur de ne pas progresser, de ne pas être plus proches du Maître, plus près de la vérité, peur des désaveux, du manque de sollicitude – le bonheur est exclu. Mais si vous n’avez vraiment peur de rien, alors vous découvrirez un beau matin au réveil, ou au cours d’une promenade solitaire, que soudain quelque chose d’étrange se produit, sans qu’on l’ait cherché, n sollicité, ni appelé de ses voeux, ce qu’on peut appeler l’amour, la vérité, le bonheur, est là, soudain.

enfant par la main

Voilà pourquoi il est si important que vous receviez, tant que vous êtes jeunes, une éducation digne de ce nom. Ce qu’on qualifie de nos jours d’éducation n’en est pas une, loin de là, car personne n’aborde ces questions-là. Vos professeurs vous préparent à réussir aux examens, mais ils ne vous parlent pas de la vie – qui est pourtant l’essentiel – car très peu d’entre eux savent vraiment vivre. Dans la plupart des cas nous ne faisons que survivre, nous nous traînons péniblement et l’existence devient un boulet affreux.

Vivre demande en fait beaucoup d’amour, un fort penchant pour le silence, une grande simplicité, énormément d’expérience ; il faut avoir un esprit capable de penser de manière très lucide, et qui ne soit pas sous le joug des préjugés ou des superstitions, de l’espoir ou de la peur. C’est tout cela, al vie, et si l’on ne vous apprend pas à vivre, alors l’éducation n’a aucun sens. Vous pouvez apprendre l’ordre, els bonnes manières et vous pouvez réussir vos examens, mais donner la primauté à ces choses superficielles, alors que toutes les structures de la société sont en train de s’écouler, c’est comme se faire les ongles tandis que la maison brûle.

Or, personne n’aborde tout cela, personne ne l’approfondit avec vous. De même que vous passez des jours et des jours à étudier des matières comme les athématiques, l’histoire, la géographie, vous devriez aussi consacrer beaucoup de temps à évoque ces sujets autrement plus profonds, ca c’st cala qui fait la richesse de la vie.

Ne vous contentez pas d’accepter ce qui vous est dit, mais tendez l’oreille afin de discerne le vrai du faux. Il suffit que vous perceviez par vous-mêmes, ne serait-ce qu’une fois, ce qui ne relève pas de la religion, et pour le restant de votre vie nul prêtre, nul livre ne pourra plus vous induire en erreur, nul sentiment de peur ne pourra créer une illusion à laquelle vous soyez susceptible de croire ou d’adhérer. Pour découvrir ce que n’est pas quelque chose, vous devez commencer au niveau du quotidien, avant d’aller plus loin. Pour aller loin, il faut commencer au plus près et le pas qui compte le plus est le premier.

La véritable éducation, c’est d’apprendre comment penser, pas quoi penser. Si vous savez penser, si vous avez vraiment cette capacité, alors vous êtes un être humain véritablement livre – libéré des dogmes, des superstitions, des cérémonies – donc capable de découvrir ce qu’est la chose ou l’institution, ….  En célébrant des rituels, vous exécutez un acte dont vous ne savez rien. Votre père et votre grand-mère le font, donc vous le faites, sinon ils vont vous réprimander. Ce ‘est pas cela, l’éducation.  L’image peut-être un symbole, mais ce n’est toujours qu’une image, et non la chose réelle. Les croyances divisent les hommes. La croyance engendre donc l’inimitié, la division, la destruction et cela n’est évidemment pas chemin à prendre.

Quand l’esprit sera lavé de toute image, de tout rituel, de toute croyance, de tout symbole et de tous les mots, tous les mantras et les répétions, ainsi que de toute peur, alors ce que vous verre sera le réel, l’intemporel, l’éternel que l’on peut appeler Dieu ; mais cela exige une immense profondeur de vision, une compréhension et une patience énormes, et cela est réservé à ceux qui explorent vraiment la nature et qui insistent jour après jour jusqu’au bout.  Ce n’est que lorsque l’esprit est en révolte contre la prétendue réalité qu’il découvre le réel.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source   :   https://prendresoindenosenfantsquantiques.wordpress.com/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :