La beauté intérieure : la créativité

 Je suis sûr que nous avons tous à un moment ou à un autre senti monter en nous un immense sentiment de tranquillité et de beauté à la vue des vertes prairies, du soleil couchant, des eaux paisibles ou des sommets enneigés. Mais qu’est-ce que la beauté ? Tient-elle simplement à notre réaction admirative, ou est-elle dissociée de la perception ? Si vous avez bon goût en matière de vêtements, si vous utilisez des couleurs qui s’harmonisent, si vous avez des manières pleines de dignité, si vous parlez calmement, si vous vous tenez bien droit, tout cela participe de la beauté, n’est-ce pas ? Mais ce n’est que l’expression extérieure d’un état intérieur, tout comme un poème que vous écrivez ou un tableau que vous peignez. Vous pouvez regarder les vertes prairies se reflétant dans l’eau du fleuve et n’éprouver aucun sentiment de beauté, mais passer simplement à côté.

Si, comme le pêcheur, vous voyez tous les jours les hirondelles voler au ras de l’eau, cela n’a probablement guère d’importance pour vous ; mais si vous êtes conscients de l’extraordinaire beauté de ce spectacle, que se passe-t-il en vous qui vous fait dire: « Comme c’est beau! »?

Qu’est-ce qui suscite ce sentiment intérieur de beauté ? Certes, il y a la beauté de la forme extérieure – les vêtements de bon goût, les tableaux attrayants, les beaux meubles, ou l’absence totale de meubles, associée à des murs nus aux belles proportions, à des fenêtres aux formes parfaites, et ainsi de suite. Je ne parle pas simplement de cette beauté-là, mais de ce qui entre en jeu pour qu’existe la beauté intérieure.

LE BLOG DE FRANCESCA

De toute évidence, pour avoir cette beauté intérieure, il faut s’abandonner complètement

; il faut ce sentiment de n’être retenu ni contraint par rien, d’être sans défense, sans résistance ; mais cet abandon devient chaotique s’il n’est pas doublé d’austérité. Savons-nous ce que veut dire être austère, se contenter de peu et ne pas penser en termes de « toujours plus »? Il faut qu’il y ait cet abandon doublé d’une austérité intérieure profonde – cette austérité qui est d’une simplicité extraordinaire, car l’esprit n’acquiert rien, ne gagne rien, ne pense pas en termes de « plus ». C’est la simplicité née de cet abandon doublé d’austérité qui suscite l’état de beauté créative. Mais sans l’amour, vous ne pouvez pas être simples, être austères ; vous pouvez parler de simplicité et d’austérité, mais sans l’amour elles ne sont qu’une forme de contrainte, il n’y a donc pas d’abandon. Le seul qui ait en lui l’amour est celui qui s’abandonne, qui s’oublie totalement, et fait donc éclore l’état de beauté créatrice.

La beauté inclut évidemment la beauté de la forme ; mais sans la beauté intérieure, la simple appréciation sensuelle de cette beauté de la forme mène à la dégradation, à la désintégration. Il n’est de beauté intérieure que lorsqu’on éprouve un amour véritable pour les gens et les choses qui peuplent la terre, et cet amour s’accompagne d’un très haut degré de considération, de prévenance et de patience. Vous pouvez maîtriser parfaitement votre technique en tant que chanteur ou poète, vous pouvez savoir peindre ou assembler les mots, mais sans cette beauté créatrice en vous, votre talent n’aura que peu de valeur.

Malheureusement, la plupart d’entre nous sont en train de devenir de simples techniciens. Nous passons des examens, nous acquérons telle ou telle technique afin de gagner notre vie ; mais acquérir une technique ou développer une capacité sans prêter attention à l’état intérieur est source de laideur et de chaos dans le monde. Si nous éveillons à l’intérieur de nous la beauté créative, elle s’exprime à l’extérieur, et l’ordre règne. Mais c’est beaucoup plus difficile que l’acquisition d’une technique, car cela suppose de s’abandonner totalement, sans peur, sans restriction, sans résistance, sans défense ; et nous ne pouvons nous abandonner ainsi que s’il y a en nous cette austérité alliée à un sentiment de grande simplicité intérieure.

Nous pouvons être simples sur le plan extérieur, ne posséder que quelques vêtements et nous contenter d’un repas par jour – mais ce n’est pas cela, l’austérité. L’austérité vient lorsque l’esprit est capable d’une expérience infinie, lorsqu’il a de l’expérience tout en restant très simple. Mais cet état ne peut naître que lorsque l’esprit cesse de penser en termes de « plus », en termes de choses acquises ou d’accomplissement au fil du temps.

Ce dont je parle ici est peut-être difficile à comprendre pour vous, c’est pourtant très important. Les techniciens, sachez-le bien, ne sont pas des créateurs. Et il y a dans le monde de plus en plus de techniciens, des gens qui savent ce qu’il faut faire et comment le faire, mais qui ne sont pas créateurs. En Amérique, il existe des machines à calculer capables de résoudre en quelques minutes des problèmes mathématiques qui demanderaient à un homme dix heures de travail par jour pendant cent ans. Ces machines extraordinaires sont en plein développement. Mais les machines ne peuvent jamais être créatrices – et les êtres humains sont de plus en plus à l’image des machines. Même lorsqu’ils se rebellent, leur rébellion reste circonscrite aux limites de la machine, ce n’est par conséquent absolument pas une rébellion.

Il est donc capital que vous découvriez ce qu’est être créatif. Vous ne pouvez l’être qu’en état d’abandon, c’est-à-dire s’il n’existe aucun sentiment d’obligation, aucune peur de ne pas être, de ne pas gagner, de ne pas arriver. Il se manifeste alors une grande austérité, une grande simplicité, et l’amour les accompagne. C’est tout ça la beauté.

l'amour

QUESTION : L’âme survit-elle après la mort?

KRISHNAMURTI : Si vous avez vraiment envie de le savoir, comment allez-vous vous y prendre pour le découvrir? En lisant ce qu’en ont dit Shankara, Bouddha ou Jésus? En écoutant le guide spirituel ou le saint qui a votre préférence? Ils peuvent se tromper du tout au tout: êtes-vous prêt à l’admettre – ce qui signifie que votre esprit est en position d’exploration, d’enquête?

Bien sûr, avant de parler de survie, vous devez d’abord savoir si oui ou non l’âme existe. Qu’est-ce que l’âme? Le savez-vous? Ou avez-vous simplement entendu dire qu’elle existe – par vos parents, par le prêtre, par un livre, par votre environnement culturel – et admis ces affirmations ? Le mot « âme » sous-entend qu’il y a quelque chose au-delà de la simple existence physique, n’est-ce pas? Il y a votre corps  physique, et aussi votre caractère, vos penchants, vos vertus ; et puis, transcendant tout cela, vous dites qu’il y a l’âme. A supposer que cet état existe vraiment, il ne peut être que quelque chose de spirituel, ayant un caractère d’éternité. Et vous demandez si cette chose spirituelle survit à la mort.

C’est une partie de la question.

L’autre étant de demander: qu’est-ce que la mort? Le savez-vous? Vous voulez savoir

s’il y a une survie après la mort ; mais, en fait, cette question est sans importance. La question qui compte est de savoir si vous pouvez connaître la mort de votre vivant. A quoi sert que l’on vous dise que la survie après la mort existe – ou n’existe pas? Vous restez toujours dans l’ignorance. Mais vous pouvez découvrir par vous-même ce qu’est la mort, pas une fois mort, mais alors même que vous êtes bien vivant, en bonne santé, vigoureux, en mesure de penser, de ressentir les choses.

Extrait Chapitre 10 – « Le sens du bonheur » Jiddu krishnamurti aux éditions Fr.Loisirs 1986

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l’auteur, les sources, et le site de Francesca : https://prendresoindenosenfantsquantiques.wordpress.com/  

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :