Tout est physique dans la Vie

 

La Vie elle-même, nos pensées, nos émotions, nos désirs, nos peurs, tout est physique.

Un bébé reçoit au cours de sa conception beaucoup d’informations génétiques venant des chromosomes de son père et de sa mère, mais il reçoit aussi, en plus, toutes les pensées, les peurs, les désirs de sa maman, dans son ventre – et pendant les premières années de sa croissance – qu’il prend comme des messages aussi importants, aussi essentiels que ses gènes.

Il corrige ainsi son chemin de vie inscrit dans chacune de ses cellules et donc il se produit un décalage entre son programme et ce qu’il décide. C’est ce décalage qui provoque tous nos malaises et nos maladies.

ENERGIE PERE MERE

Nous couper de Dieu, de notre divin, c’est nous séparer de ce programme initial.

Dans notre enfance, nous recevons en plus les pensées, les désirs, les peurs de notre entourage, en particulier de notre papa, qui s’ajoutent aux messages erronés déjà reçus. Et, par la suite, nous captons, nous admettons comme vérité universelle tout ce qui ressemble à du déjà vécu au début de notre croissance d’être humain.

Nous enregistrons également toutes les difficultés physiques, comme les substances toxiques reçues, les souffrances de notre corps à l’accouchement ou les contraintes dans le ventre de notre maman. Ces blessures ont un effet primordial sur nos comportements futurs. Et, comme rien n’est un hasard, ces épreuves physiques vont de pair avec les souffrances psychologiques que nous recevons pendant toute notre vie. Nous n’avons, par conséquent, aucune raison de lutter contre. Nous admettons ces souffrances et les photocopies de ces souffrances comme normales.

Tout chemin spirituel et psychologique nous amène, ou devrait nous amener, à la prise de conscience de toutes ces erreurs de programmation afin de nous aider à retrouver notre programme original qui est très, très éloigné des messages qui nous sont proposés dans notre société, notre religion, notre famille. Ceux-ci sont seulement la synthèse entre toutes les erreurs d’aiguillage de tous les êtres humains depuis des milliers d’années.

“Dieu” est une loi physique comme la loi quantique (la loi qui régit les mouvements de la matière et de l’énergie), rien de plus que cela. Mais c’est une loi tellement subtile, inscrite au plus profond de notre conscience, qu’elle est très difficile à comprendre par notre intelligence.

Celle-ci est très limitée par rapport à l’intelligence pure qui se situe au centre de notre corps et dans tout notre corps. Nous ne pouvons pas comprendre Dieu avec un raisonnement, nous pouvons simplement l’entendre, années après années, en lâchant nos croyances passées venues des enseignements religieux ou culturels qui sont plus souvent nourris par l’infantilisme, la politique et la prise de pouvoir que par le vrai sens de Dieu.

Nous ne faisons qu’un seul et même corps qui possède de multiples facettes, qui est donc unique, cohérent, composé de toutes les nécessités existantes utiles à sa croissance. Les noirs d’Afrique, les Indiens d’Inde, les asiatiques, les Inuits, les Amérindiens et les occidentaux ne sont que les éléments complémentaires et indispensables de l’élément “Humanité”. Aucune culture, aucune religion ne peut être séparée, écartée ou portée au pinacle ; sinon l’humanité est un être malade, handicapé, coupé en tranches, non conforme à la volonté divine qui le fait être – chaque culture étant excessive dans un domaine et faible dans un autre -.

Le vrai être humain est la synthèse, l’équilibre entre tous ces champs énergétiques qui circulent dans le monde, depuis des milliers d’années, et qui sont reliés entre eux à chaque instant par ces tachions qui suppriment le temps entre l’homme de Cro-Magnon, Jésus, Bouddha, Mahomet, Socrate et chacun d’entre nous.

C’est ainsi que, par la méditation, notre conscience peut se relier à la conscience de chaque être humain passé, présent et futur et également à la conscience centrale de l’univers entier.

A cause de la peur de l’homme, la femme fonctionne le plus souvent avec le message intérieur suivant : “Je ne partage pas ma féminité avec un homme, je la garde pour moi.” Et, à cause de la peur de la femme, l’homme fonctionne le plus souvent avec le message intérieur suivant : “Je ne partage pas mon masculin avec une femme, je le garde pour moi.” L’échange entre les deux énergies masculine et féminine ne se fait pas et chacun reste incomplet.

C’est une très grande souffrance refoulée dans chacun des sexes.

Une mère échange parfois son énergie féminine avec son fils quand il est petit, mais elle garde souvent le pouvoir sur lui, quand il grandit, de peur qu’il se serve de la puissance de cette énergie contre elle. Dans ce cas, c’est la colère contre son père à elle qui n’a pas été acceptée. Son père, c’est le premier homme qui, par peur de la femme, ne lui a pas donné son énergie masculine. Ce qu’il aurait fait en l’encourageant dans sa créativité et sa liberté, en lui montrant sa force en elle et en lui apportant des valeurs comme l’exigence et l’effort.

Pour l’homme, c’est la colère contre sa mère qui n’a pas été acceptée. La mère, c’est la première femme qui, par peur de l’homme, ne lui a pas donné son énergie féminine afin de mettre en valeur sa sensibilité, sa conscience, son droit à l’existence, sa vulnérabilité, sa tendresse, son besoin de s’appuyer sur une énergie féminine extérieure. Sa mère est indispensable pour permettre à sa féminité en lui de prendre toute sa place. La féminité de sa mère est là aussi pour lui apprendre l’acceptation, le processus du deuil et la faculté d’accepter une frustration.

L’homme ne cherche, dans ses conquêtes féminines, qu’à retrouver la symbiose énergétique qu’il a connue avec une femme, sa mère, dans son ventre. Il cherche à retrouver la force qui l’a créé, la force de Dieu, pour l’avoir en lui, parce qu’on ne lui a pas fait ressentir qu’il l’avait déjà dans chacune de ses cellules depuis sa création.

La femme ne cherche qu’à retrouver la symbiose physique et énergétique formée par son père et sa mère le jour où leur corps entremêlés l’ont créée. Elle recherche un homme pour recréer ce couple dont elle imagine qu’il est le seul capable de créer, d’agir avec la force de Dieu. C’est oublier, elle aussi, qu’elle l’a déjà à l’intérieur de toutes ses cellules depuis l’acte d’amour qui l’a créée, et tout cela parce que son père ne le lui a pas dit ! (Parce que sa mère à lui … , etc…, etc…)

L’homme et la femme ont oublié qu’ils ont, chacun, les deux forces, masculine et féminine qui, associées, nous permettent de vivre une vie harmonieuse, créative et heureuse.

Extrait du livre de André Lemoine « Notre chemin Intérieur »

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et d’en citer la source   :   https://prendresoindenosenfantsquantiques.wordpress.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :