La jeunesse, une Terre en formation

La jeunesse est pleine de vie, de fraîcheur, d’élans et d’aspirations magnifiques : comment ne pas l’aimer ? La question est seulement de savoir ce qu’elle va faire avec cet extraordinaire bouillonnement d’énergies qui débordent en elle.

omraam conférence

Puisqu’il existe des correspondances entre la vie de l’homme et celle de la nature, on peut dire que les années de la jeunesse sont comparables à la période de formation de la terre. A ce moment-là, il y a des millions d’années, aucune vie organisée n’était encore possible, car tout n’était qu’éruptions volcaniques et matériaux en fusion. Il a fallu que ces mouvements et ces forces s’apaisent pour que la terre commence à devenir enfin un lieu de séjour pour les plantes, les animaux et les hommes.

Eh bien, la jeunesse vit intérieurement dans cet état primitif de la terre ; ses énergies qui ne sont encore ni apprivoisées, ni contrôlées provoquent toutes sortes de manifestations désordonnées et contradictoires. Elle ressent tout avec excès, les attractions et les répulsions, les enthousiasmes et les révoltes ; et les élans généreux, créateurs, sont souvent suivis par des sentiments de dégoût, des besoins de tout détruire, jusqu’à vouloir se détruire soi-même. Rien de solide ne peut être édifié sur un sol aussi instable. L faut donc que la jeunesse introduise en elle un peu de mesure, de contrôle, d’harmonie, pour devenir une terre où pourront vivre des plantes, des animaux et des hommes – symboliquement parlant.

Car c’est cela le passage de la jeunesse à l’âge adulte ; le passage d’une vie inorganisée, instable, chaotique, à une vie riche, pleine, bénéfique pour soi-même et pour les autres. Ceux qui s’imaginent que devenir adulte c’est perdre sa jeunesse, c’est à dire abandonner tout ce qu’i fait le charme, le jaillissement et la vie, sont dans l’erreur. Etre jeune est une chose, et garder sa jeunesse en est une autre. Ce que les jeunes possèdent, ce sont des forces vives, des matériaux tout neufs sur lesquels ils doivent travailler consciemment pour construire leur existence. S’ils ne travaillent pas, que se passera-t-il ? Etant donné qu’au fur et à mesure des années ils perdent forcément de cette vitalité, s’ils se sont laissés aller à leurs caprices, à leurs instincts, sans essayer d’y voir clair et de mettre un peu d’ordre en eux pour maitriser leurs énergies, eh bien, quand ils parviendront à l’âge adulte, ils seront semblables à des sols stérile s, à des terres dévastées.

Si l’on voit tant de conflits entre les jeunes et les adultes, cela vient de ce que les adultes ont vécu leur jeunesse inconsciemment, passivement, sans faire aucun travail intérieur pendant cette période, alors ils se sentent maintenant appauvris et éprouvent de la rancune à l’égard des jeunes qui possèdent ce qu’eux-mêmes n’ont plus. Quant aux jeunes, lorsqu’ils voient tous ces adultes tellement prosaïques, desséchés, ramollis, évidemment ils les critiquent, se moquent d’eux ou se révoltent, et cette situation crée peu à peu des problèmes insolubles. Eh bien, moi je conseille aux jeunes de laisser les adultes tranquilles et de commencer à faire un formidable travail intérieur d’organisation, de contrôle, d’harmonisation, afin d’arriver à apporter, eux, quelque chose de mieux. Et s’ils le veulent vraiment, ils le peuvent.

D’ailleurs, depuis quelques années, on voit la jeunesse se mêler des affaires publiques : des garçons, des filles très jeunes se prononcent sur la société, la vie du pays, les événements mondiaux, et ils s’organisent pour que leur parole ait du poids. C’est nouveau, on n’avait jamais vu ça avant. Oui, et c’est un signe des temps. Les nouveaux courants qui commencent à se déverser sur le monde, se frayent le chemin à travers la jeunesse. Nous entrons dans une ère nouvelle, l’ère du Verseau, et ses influences se font déjà sentir. Pour le moment, bien sûr, on assiste à des manifestations parfois désordonnées et c’est normal, ce sont des essais, et les essais s’accompagnent tous de heurts, de chocs. Mais après quelque temps, tout se mettre n place et on pourra voir des changements. Ce que seront ces changements, cela dépend des jeunes. Puisqu’ils ont pris la parole et que beaucoup d’adultes sont d’accord pour la leur laisser, c’est à eux de bien réfléchir à ce qu’ils demandent.

Si les jeunes demandent eux aussi la facilité matérielle, les plaisirs, eh bien qu’ils ne se fassent pas d’illusions, cela n’est rien de tellement nouveau sous le soleil, c’est ce que réclament les humains depuis qu’ils existent et ce n’est pas très glorieux. S’ils ne demandent rien de mieux, ils ressembleront bientôt à tous ces adultes qu’ils sont en train de critiquer. « Mais alors, direz-vous, que devrons-nous demander » ?

Vous devez demander d’être instruit. Et être instruit, ce n’est pas seulement acquérir des connaissances qui vous permettent d’obtenir des diplôme set d’avoir un métier. Etre instruit, c’est recevoir cette lumière grâce à laquelle on avance de plus en plus sur le chemin de la liberté, de la force, de la beauté, de l’amour… sur le chemin de la vraie vie.

Et pour faire accepter ses réclamations, la jeunesse doit trouver aussi la bonne attitude. Ce n’est pas en hurlant, en gesticulant, en se montrant grossier et violent, que l’on convainc les autres d es on bon droit. Je voudrais voir se lever enfin une jeunesse devant qui tous seraient obligés de capituler. Oui, elle n’aurait même rien à dire, elle ne ferait que se présenter, et son idéal, sa pureté, son rayonnement feraient capituler le monde entier, rien ne pourrait lui résister !

enfants francesca

Bien sûr, la jeunesse n’a pas le pouvoir d’imposer immédiatement sa volonté, mais elle peut au moins commencer par dire non à ceux qui essaient de l’embarquer dans des voies tortueuses. C’est pourquoi elle doit se montrer d’abord très vigilante et faire un triage dans tout ce qu’on lui propose, sachant qu’elle est une proie facile pour tous ceux qui ont des intérêts pas très catholiques à défendre. Combien de gens sont à l’affût de ce qui peut attirer les jeunes dont les instincts et les désirs sont en train de s’éveiller, et s’empressent de l’offrir à leur convoitise. Cela commence par les fabricants de jouets qui favorisent l’instinct d’agressivité des jeunes garçons avec des armes ou des jeux qui imitent la guerre. Et cela continue plus tard, avec toutes sortes d’objets ou d’activités tout à fait inutiles ou même nuisibles dont les adolescents n’auraient eux-mêmes aucune idées s’ils ne les voyaient pas affichés partout dans les vitrines des magasins et vantés par la publicité.

Eh bien, ces gens-là sont coupables d’induire la jeunesse en erreur. Car d’abord ils suscitent chez elle des besoins matériels qu’elle n’a pas la possibilité de satisfaire, et cela entraîne des frustrations, et même le désir d’obtenir malhonnêtement ce qu’il ne peut obtenir honnêtement. Ensuite, en essayant de lui faire croire qu’elle a absolument besoin de tout ça pour se sentir bien et épanouie, ils la détournent de la véritable recherche du bonheur et du sens de la vie. Car le bonheur, le sens de la vie ne se trouvent que dans une ouverture au monde spirituel. C’est là seulement que l’on se sent nourri, apaisé, renforcé.

Et ça va même très loin cette affaire-là puisqu’il y a de plus en plus de criminels qui profitent de la curiosité des jeunes ou de leur malaise, pour leur proposer de la drogue. Avec cette drogue, ils font d’eux des esclaves, des épaves, ou ils les tuent, mais qu’est-ce ça leur fait, du moment qu’eux gagnent de l’argent. Tous les moyens sont bons pour s’enrichir…..

Vous penserez sans doute que vous ne courrez aucun danger, vous, de recevoir les propositions alléchantes d’un magicien… peut-être pas sous cette forme, bien sûr, mais il y a tellement de façons de vendre son âme au diable. Il n’est pas nécessaire de faire un pacte avec lui, comme il est raconté dans les livres de sorcellerie ; il suffit d’obéir à des mobiles intéressés et égoïstes pour perdre chaque fois un peu de la lumière de son âme.

C’est pourquoi je conseille aux jeunes de bien étudier chaque proposition qu’on leur fait. Que ce soit des objets, des vêtements, des musiques, des activités, des idées, il faut qu’ils cherchent tout d’abord à se rendre compte de la nature des penchants que l’on cherche à favoriser en eux. Qu’ils n’oublient pas qu’ils sont encore comme une terre en formation ; et s’ils sentent qu’on les pousse vers les gains et les succès faciles, ou la violence, ou le désespoir, etc. qu’ils sachent que ce sont des forces destructrices et qu’ils se détournent ! S’ils veulent vraiment faire mieux que les adultes et créer un monde nouveau, qu’ils n’acceptent que ce qui leur donne le goût de construire en eux et autour d’eux quelque chose de bon, de beau, de pur, de fort !

Les livres de Omraam Mikhaël Aïvanhov

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l’auteur, les sources, et le site de Francesca :  https://prendresoindenosenfantsquantiques.wordpress.com/ 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :