L’autorité éducative où – quand – comment

D’un point de vue historique, c’est au début des années 1970 que la notion d’autorité éducative est appréhendée comme processus d’autorisation. J. Ardino explique que l’on est passé de « l’autorité-attribut » à « l’autorité-relation ». Celui qui détient l’autorité n’est pas autoritaire. C’est la compétence qui fait l’autorité. L’autorité nécessite parole, explication, voire négociation pour recueillir l’adhésion.

Pour P. Meirieu, « le défi de l’éducation contemporaine n’est donc pas de « restaurer l’autorité », mais d’aider les jeunes à retrouver le goût de contester celles auxquelles ils s’assujettissent aveuglément… pour qu’ils puissent, à terme, s’associer en un collectif qui se donne des règles et assume la nécessité de l’existence d’une autorité légitime ». « L’autorité éducative » a alors pour rôle de permettre à l’élève de « penser par soi-même » en créant les conditions pour qu’il accède « à un rapport critique à la vérité ».

enfant et jeu

Dans l’approche psychologique, c’est à l’adulte qu’il revient de transmettre des repères (Jeammet, 2004), de fixer des limites contenantes, de soutenir le conflit afin d’étayer la construction psychologique l’enfant ou du jeune en sujet autonome. Il est ainsi nécessaire que la conception de l’autorité soit « décontaminée » des pratiques autoritaristes et véritablement éducative. Plusieurs auteurs insistent sur l’importance symbolique de la parole, de l’instance paternelle. Car l’enfant ou l’adolescent en manque d’interdits se retrouvent confrontés soit à l’angoisse d’abandon – lorsque les adultes lui enjoignent de chercher en lui-même ses propres limites -, soit à l’angoisse fusionnelle – lorsque des adultes « séducteurs » le maintiennent dans une relation de dépendance.

Daniel Marcelli précise que l’autorité n’est pas le prolongement ou le résidu infantile d’une relation psycho-familiale elle-même conditionnée par des structures sociales archaïques, pas plus qu’une conséquence de l’angoisse d’abandon. Elle est au contraire un lien princeps originaire spécifique de l’espèce humaine, trait évolutif sélectionné comme principe régulateur devenu caractéristique de la relation entre un adulte et son enfant indispensable à sa survie et à son inscription dans le groupe social. L’auteur montre ainsi la place essentielle qu’occupe la communication corporelle – en particulier le regard – dans la constitution des premières relations d’autorité entre le parent et le jeune enfant. C’est à partir de ces modalités de communication que se construit la relation d’autorité tout au long de la vie, condition indispensable à l’éducation

À partir de son étymologie, l’autorité se définit selon une nouvelle logique qui dépasse l’alternative proposée à l’éducateur – autorité autoritariste ou autorité évacuée – source d’impasse. Elle se révèle au fondement de l’humain comme phénomène à la fois psychologique et relationnel (social), dans une triple signification indissociable : être l’autorité (autorité statutaire – potestas), avoir de l’autorité (autorité qui s’autorise – auctor – et fait grandir l’autre – augere) et faire autorité (autorité de capacité et de compétence).

La sanction éducative

Il apparaît essentiel de définir les finalités éducatives de la sanction. Il s’agit en fait de tendre à un but par l’adaptation des moyens à des fins.

On peut distinguer deux buts à atteindre :

Ø Un but normatif qui permet de rappeler les règles, la loi,

Ø Un but éducatif qui permet à l’individu d’intégrer les règles, la loi.

Le but normatif

Il se justifie par le fait qu’une institution est une société qui a besoin pour fonctionner de l’existence des règles, de la loi. Il est atteint quand les membres de la société connaissent et ont identifié cette loi.

Mais pour autant, la normalisation ne doit pas être uniquement une “récupération” de l’individu au profit de… ni un simple dressage” (risque de dérive vers le totalitarisme) mais favoriser plutôt des idées de civisme, citoyenneté dans un contexte de démocratie permettant une éventuelle évolution de la loi.

Le but éducatif

Il se justifie par la nécessité pour le jeune de reconnaître et d’accepter la loi.

L’adolescence, moment particulier de construction de la personnalité est une période propice aux transgressions. Ces transgressions deviennent structurantes lorsqu’elles rencontrent une limite, un rappel à la loi.

A court terme, les finalités éducatives de la sanction permettent à l’élève

– De prendre conscience de la réalité (le cadre, la présence des autres, la reconnaissance de la faute.)

– De se positionner par rapport à soi, aux autres,

– D’avoir des repères et des limites,

– De s’engager en faisant des choix.

A long terme, la sanction comme acte éducatif doit aider l’enfant à grandir. Le rôle de l’adulte est d’accompagner le jeune en lui apprenant à se corriger, à s’améliorer, c’est-à-dire à se transformer dans une perspective de progrès Par rapport au groupe, la finalité de la sanction est la socialisation des individus qui ne peut être réalisée qu’en s’appuyant sur les notions de responsabilisation d’adaptation, de prévention.

L’acte d’autorité, pour être éducatif, doit passer par :

– Des consignes claires et réalistes,

– Le dialogue,

– Le respect de l’autre,

– La reconnaissance mutuelle.

L’aspect éducatif de la sanction réside dans sa capacité à faire prendre conscience aux enfants et aux adolescents des conséquences de leurs actes.

La sanction est un moyen non un but : c’est un outil pédagogique.

Elle doit être en accord avec la loi. Elle doit être prévue au règlement intérieur et ne se justifie que si :

Elle est adaptée à un objectif

– Assimilation d’une loi, d’une règle,

– Modification d’un comportement,

– Amélioration du travail (mais elle ne peut être appliquée pour mauvais résultats scolaires),

– Protection des biens et des personnes,

– Réparation des torts causés.

Elle s’applique à un individu

La sanction émise doit tenir compte du fait que le jeune se construit, que l’intégration des normes se fait progressivement. La prise de sanction doit se faire dans la sérénité afin de favoriser la distanciation et éviter la disproportion entre la faute et la punition (différer l’urgence, prendre des avis…). La sanction doit être expliquée à l’élève et doit permettre l’instauration d’une relation adulte – jeune et d’un suivi.

enfants à l'école

Quelques propositions de positionnements dans le cadre de la relation d’aide :

Ecouter

– Comprendre ce qui se passe pour l’autre,

– Découvrir la manière dont il éprouve la situation,

– L’aider à verbaliser, à clarifier son vécu.

Eviter

– Les préjugés, les présupposés et les stéréotypes,

– Une solution qui satisfait l’institution mais qui ne résout pas toujours le problème,

– De vouloir trouver une solution à la place du jeune.

Accompagner

– Contractualiser une démarche, un suivi en vue d’une amélioration,

– Travailler avec le jeune sur ses choix, ses motivations, ses projets, le sens qu’il donne à son apprentissage,

– Vivre avec lui, dans et pour un espace socialisé,

– Vivre avec lui devant la loi, la règle et non à partir d’erreurs passées.

Adopter certaines pratiques

– Bannir l’emportement et la colère,

– Enoncer ce au nom de quoi on punit,

– User de sanctions proportionnés et signifiantes,

– Tendre vers la modération

* Ceci fait partie d’une formation que j’ai suivie moi-même en Institution ITEP en 2017 …

Formassad – 43 rue Beaubourg 75003 Paris – Téléphone : 01 40 06 01 26 –

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources de Francesca   :   https://prendresoindenosenfantsquantiques.wordpress.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :