COMPRENDRE LA GLOBALITE DE LA VIE 

 

Nous nous accrochons le plus souvent à une petite parcelle de vie, croyant pouvoir, grâce à cette parcelle, découvrir le tout. Sans quitter la pièce où nous sommes, nous espérons pouvoir explorer le fleuve, dans toute sa longueur, dans toute sa largeur et apercevoir la luxuriance des verts pâturages le long de ses rives. Nous vivons reclus dans une petite chambre, nous peignons une petite toile, croyant avoir saisi la vie à pleines mains, ou compris la signification de la mort. Mais il n’en est rien. Car pour ce faire, il faut sortir.

Et il est extrêmement difficile de sortir, de quitter la chambre à l’étroite fenêtre, et de voir toute chose telle qu’elle est, sans juger, sans condamner, sans dire ; « J’aime ceci, mais je n’aime pas cela », car nous croyons pour la plupart qu’une partie isolée nous permettra de comprendre le tout. Nous espérons qu’un unique rayon nous permettra de comprendre la roue. Mais un rayon ne fait pas une roue, n’est-ce pas ? Il faut de nombreux rayons, et un moyeu, et une jante pour faire cette chose qu’on appelle une roue. Et nous avons besoin de voir la roue toute entière pour la comprendre.

De la même manière, nous devons saisir le processus global de la vie si nous voulons vraiment la comprendre. L’éducation devrait nous aider à comprendre la globalité de la vie et ne pas se contenter de nous préparer à trouver un emploi et à suivre la voie toute tracée, celle de notre mariage, de nos enfants, de nos polices d’assurance, de nos pujas rituelles et de nos petits dieux. Mais mettre sur pied une éducation digne de ce nom suppose énormément d’intelligence, de profondeur, de vision, c’est pourquoi il est si important que l’éducateur, ou le parent lui-même soit éduqué, de manière à comprendre l’ensemble du processus de la vie, au lieu de se contente d’enseigner en fonction de formules toutes faites, anciennes ou nouvelles.

La vie est un mystère extraordinaire – pas celui que décrivent les manuels scolaire, ni celui dont parlent les gens, mais un mystère que chacun doit découvrir par lui-même ; c’est pourquoi il est si important que vous compreniez aussi tout ce qui est petit, étroit, mesquin, et que vous sachiez dépasser ces notions.

Si vous ne commencez pas à comprendre la vie tant que vous êtes jeunes, vous allez grandir en étant intérieurement laids, ternes et vides. Même si extérieurement vous avez de l’argent, vous roulez dans des voitures luxueuses, et vous prenez de grands airs. C’est pourquoi il est très important de quitter votre petite chambre et de percevoir toute l’immensité du firmament. Mais cela, vous ne pouvez le faire que si vous avez l’amour – pas l’amour physique ou l’amour divin, mais simplement l’amour qui consiste à aimer les oiseaux, les arbres, les fleurs, vos professeurs, vos parents et, au-delà de vos parents, l’humanité entière.

Si vous ne découvrez pas vous-mêmes ce que c’est que d’aimer, quelle immense tragédie. Si vous ne connaissez pas l’amour maintenant, jamais vous ne le connaîtrez car, en vieillissant, ce qu’on appelle l’amour deviendra quelque chose de très laid, une forme de possession, une espèce de marchandise qui s’achète et se vend. Mais si vous commencez dès à présent à avoir l’amour dans votre cœur, si vous aimez l’arbre que vous plantez, l’animal égaré que vous caressez, alors en grandissant vous ne resterez pas dans votre petite chambre à la fenêtre étroite, mais vous la quitterez et vous aimerez la vie dans son intégralité.

blog de francesca 1

L’amour est factuel, il n’est pas émotionnel, il n’est pas prétexte à pleurer ; ce n’est pas un sentiment. L’amour est totalement exempt de sentimentalité. Et il est de la plus haute importance que vous sachiez ce qu’est l’amour tandis que vous êtes jeunes. Vos parents et vos professeurs ne connaissent peut-être pas l’amour, et c’est pourquoi ils ont créé un univers terrible, une société perpétuellement en guerre contre elle-même et contre les autres sociétés. Leurs religions, leurs philosophies et leurs idéologies sont toutes fausses parce qu’ils  sont sans amour. Ils n’ont qu’une vision partielle, à partir d’une fenêtre étroite d’où la vue peut être agréable et vaste, mais ce n’est pas le panorama d’ensemble de la vie.

Sans cette sensation d’amour intense, jamais vous ne pourrez avoir la perception du tout ; vous serez donc toujours malheureux, et à la fin de votre vie, il ne vous restera qu’une poignée de cendres et un flot de paroles vides.

Pourquoi avons-nous envie d’être célèbres dans notre société ?

Vous voulez être célèbre parce que tout le monde dans cette société veut devenir célèbre. Vos parents, vos professeurs, le gourou, le yogi – tous veulent être connus, célèbres, et donc vous aussi la jeunesse. Pourquoi ?

Tout d’abord, c’est profitable, et cela procure énormément de plaisir, n’est-ce pas ? Si vous êtes connu dans le monde entier, vous vous sentez très important, cela vous donne un sentiment d’immortalité.

Vous voulez être célèbre, vous voulez être connu, vous voulez qu’on parle de vous partout dans le monde parce que, au fond de vous, vous n’êtes personne. Il n’y a en vous aucune richesse, il n’y a rien du tout à l’intérieur de vous – vous voulez donc être connu du monde extérieur. Alors que si vous êtes riche intérieurement, peu vous importe d’être connu ou inconnu.

Etre intérieurement riche est beaucoup plus ardu qu’être extérieurement riche et célèbre ; cela demande beaucoup plus de soin, une attention beaucoup plus soutenue. Si vous avez un peu de talent et que vous savez l’exploiter, vous devenez célèbre ; mais la richesse intérieure, elle, n’advient pas de cette manière. Pour être intérieurement riche, l’esprit doit comprendre et écarter tout ce qui n’est qu’accessoire – comme la soif de célébrité. La richesse intérieure suppose de savoir rester seul, mais celui qui veut être célèbre a peur d’affronter la vie tout seul, car il est dépendant des flatteries et de la bonne opinion d’autrui.

Quand l’esprit est simplement cohérent, il devient mécanique et perd la vitalité, l’ardeur, la beauté du libre mouvement. Il fonctionne dans le cadre d’un schéma établi. Ce qui compte, c’est la vie – pas votre gourou, un Maître ou un leader, ou un professeur qui interprète la vie pour vous. C’est vous qui devez la comprendre, c’est vous qui souffrez, qui êtes dans la peine, c’est vous qui voulez connaître le sens de la mort, de la naissance, de la méditation, de la souffrance, et personne ne peut vous le dire. Les autres peuvent vous l’expliquer, mais leurs explications risquent d’être entièrement erronées, fausses du tout au tout. Il faut en fait l’expérience….

Il est bon par conséquent d’être sceptique, car cela vous donne une chance de découvrir vous-mêmes si, tout compte fait, vous avez vraiment besoin d’un Maître…. L’important, c’est d’être à soi-même sa propre lumière, son propre maître et son propre disciple, d’être à la fois l’enseignant et l’élève. Tant que vous apprenez, il n’y a pas de Maître.

C’est seulement lorsque vous avez cessé d’explorer, de découvrir, de comprendre tout ce processus de la vie que le Maître apparaît – et un tel Maître est sans valeur. Alors vous êtes mort, et par conséquent votre Maître l’est aussi.

Nous voulons toujours savoir qui est le Maître, qui est le savant, qui est l’artiste qui a peint le tableau. Jamais nous ne voulons découvrir par nous-mêmes le contenu du tableau sans tenir compte de l’identité de l’artiste. Vous dites que le poème est beau seulement quand vous savez qui est le poète. Ce comportement détruit votre propre perception intérieure de la réalité de la chose.

Si votre seul souci est de découvrir le contenu d’un tableau, sa vérité, alors le tableau vous transmet tout son sens….

Extrait du Sens du Bonheur écrit par Krishnamurti 

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, à condition que vous en respectiez l’intégralité et de citer la Source de Francesca : https://prendresoindenosenfantsquantiques.wordpress.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :